15
10

Zone radioactive à Tokyo : sans rapport avec Fukushima !

Setagaya-panorama

15 octobre 2011

11 mars 2011, Actualité

Commentaire

Depuis hier, internet s’enflamme à propos de la découverte d’une zone de radioactivité dans le quartier de Setagaya, à Tokyo. Cette découverte a été faite par un groupe de citoyens ayant utilisés leurs propres compteurs geiger. Cette zone est grande de quelques mètres carrés seulement, à la proximité d’un vieux building. La radiation envoie 2707 microsieverts par heure, ce qui équivaut à 17.6 millisieverts par an, la limite d’évacuation fixée par le gouvernement japonais est de 20 millisieverts par an.

C’est évidemment trop beau pour les blogueurs anti-nucléaire et autres conspirationnistes : « Le gouvernement japonais a menti aux citoyens, en voici la preuve ! Tokyo est en danger. Il y a une zone radioactive à Tokyo dont la radioactivité est supérieure à certaines zones évacuées de Fukushima » résument plusieurs articles de la blogosphère.

Bien entendu, à aucun moment ces blogueurs ne se sont posés la question de savoir pourquoi cette radioactivité est limitée à une si petite zone. Il est bien plus facile d’attirer du trafic en mettant la faute sur Fukushima. Mauvaise nouvelle pour eux, après investigation, il apparaît que cette radioactivité limité dans l’espace provient de vieilles bouteilles entreposées dans le bâtiment et qui contiendraient du radium, un élément radioactif utilisé autrefois pour la peinture fluorescente des montres.

http://www.youtube.com/watch?v=rshmJ9oqzek&feature=player_embedded#!

Ces groupes de citoyens se font de plus en plus nombreux et bien souvent trouvent de la radioactivité un peu partout, la plupart du temps sans rapport avec la catastrophe de Fukushima.
Ceci dit,  il arrive parfois que ces groupes tombent sur un niveau inquiétant de radioactivité, comme plus tôt dans la semaine à Yokohama.

Du Strontium-90 a été découvert à un niveau de 195 becquerels par kg dans du sédiment sur le toit d’un building de Yokohama. S’il est tout a fait normal de trouver du Strontium-90 un peu partout dans le monde suite aux essais nucléaires de la période de la Guerre Froide, le niveau général est de 10 à 20 becquerels. Le gouvernement réalise ses propres analyses pour savoir si cela provient de Fukushima ou non et pour déterminer si d’autres endroits de Yokohama ont été touchés.

Le strontium-90 est particulièrement dangereux si inhalé ou ingéré, provoquant cancer des os et leucémie.

Sources : Japan Probe, Japan Times
Image

A propos de Marc

Passionné par la culture japonaise depuis son plus jeune âge, Marc Tunguz est le fondateur de Japan Addiction Network, un ensemble de sites destinés à promouvoir la culture japonaise dans les pays francophones.
blog comments powered by Disqus