30
03

La situation à Fukushima serait pire que prévue !

nuclear

30 mars 2012

11 mars 2011, A la une, Actualité

Commentaire

L’étendue des dégâts sur l’un des réacteurs de Fukushima Daiichi serait pire que prévue selon une enquête interne de TEPCO.  Cette enquête soulève de nouvelles inquiètudes sur la stabilité de la centrale et sur la gestion de la crise nucléaire.

Un niveau d’eau inquiétant

L’enquête révèle que la centrale n’est pas aussi stable que le gouvernement et TEPCO l’annoncent depuis plusieurs mois. En effet, pour que les réacteurs soient stables, il faut que leur combustible nucléaire soit refroidi continuellement avec de l’eau. Or, TEPCO annonçait plus tôt cette semaine que le niveau de l’eau dans le réacteur numéro 2 était bien plus bas qu’espéré : 60cm au lieu des 10m annoncés en décembre. Ceci implique que les combustibles d’uranium pourraient ne pas être complètement submergés et donc être en surchauffe.

Pour expliquer ce faible niveau d’eau, TEPCO pense qu’il y a soit une gigantesque fissure, soit plein de petites fissures. Ce scénario serait relativement dramatique puisque cela impliquerait que des tonnes et des tonnes d’eau radioactive s’échapperaient dans le sol et dans l’océan.

Alors que TEPCO et le gouvernement sont accusés d’avoir sous-estimés les risques, ces nouvelles révélations ne font que réduire le peu de crédibilité qu’il leur reste.

Des radiations pouvant tuer un homme en quelques minutes

Tout aussi inquiétant, l’enquête révèle que les radiations actuelles dans le réservoir sont de 72 sieverts, soit assez pour tuer un homme en quelques minutes… Ce haut niveau de radiation aura pour conséquence de retarder d’avantage le processus de nettoyage, un processus qui durera des décennies.

Quant aux réacteurs 1 et 3, les tests n’ont pas pu être effectués car les radiations y sont trop élevées. En effet, pour réaliser ces tests, des ouvriers en combinaison Hazmat doivent insérer un endoscope équipé d’une petite caméra, d’un thermomètre et d’un dosimètre. Le haut niveau de radiation empêche quiconque de s’approcher des réacteurs.

Pour Kazuhiko Kudo, professeur d’ingénierie nucléaire à l’université de Kyushu, « la centrale est toujours dans un état précaire et malheureusement, tout ce que nous pouvons faire est de continuer à injecter de l’eau dans les réacteurs et espérer qu’il n’y aura pas un nouveau gros tremblement de terre… »

Source : New York Times

 

 

A propos de Marc

Passionné par la culture japonaise depuis son plus jeune âge, Marc Tunguz est le fondateur de Japan Addiction Network, un ensemble de sites destinés à promouvoir la culture japonaise dans les pays francophones.
blog comments powered by Disqus